La Cellule d’exécution des Financements en faveur des Etats Fragiles (CFEF) a tenu une matinée d’information sur le nouveau système national de paiement, une des composantes du Projet de Développement des Infrastructures Financières et des Marchés (PDIFM) mise en œuvre par la Banque Centrale du Congo (BCC), le vendredi 17 août 2018 dans la salle polyvalente de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC)/Haut-Katanga, à Lubumbashi.

Devant un parterre composé des membres de la FEC, des représentants des banques commerciales, des institutions de microfinance et des opérateurs de téléphonie cellulaire du Haut-Katanga, M. Didier Muderwa, chargé des opérations de ce projet à la CFEF, a présenté l’objectif, les 3 composantes ainsi que les résultats attendus par la mise en œuvre du PDIFM.

Cet exposé a été suivi par celui de la BCC, présenté par M. Kristel Manda, responsable du service « gestion technique du système national de paiement » à la BCC, introduit par M. Luc Bolipombo, Directeur de l’Informatique. L’expert de la Banque Centrale du Congo a planché sur le contexte, les objectifs, l’état des lieux, les tâches réalisées et à réaliser pour la mise en œuvre du nouveau système national de paiement.

Un échange intéressant s’en est suivi sous la modération de M. Aimée Manyong, Présidente de la Commission des femmes entrepreneures du Haut-Katanga. Les intervenants ont centré leurs préoccupations sur les conditions d’octroi des financements à moyen et long termes, les échéances des réformes menées par la BCC, l’interopérabilité entre les banques commerciales et les opérateurs téléphoniques et l’impact sur la paie des fonctionnaires.

A travers cette activité de communication, la CFEF et la BCC voudraient partager l’état d’avancement de la mise en œuvre des activités de ce projet, dont les objectifs sont de moderniser les infrastructures de paiement et d’accroître la disponibilité de financements à moyen et long termes pour les micros, petites et moyennes entreprises (MPME).

Après Lubumbashi, il est prévu de rencontrer les parties prenantes de Kisangani (province de la Tshopo) et Matadi (province du Kongo Central).

Partager: